En France, abstention et échec des partis d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen lors des élections régionales

Le second tour des régionales françaises a confirmé dimanche une abstention quasi record autour de 66%, et la prime donnée par les électeurs aux sortants Les Républicains (LR) et au Parti socialiste. Le Rassemblement national (RN) échoue à emporter une région, y compris la Provence-Alpes-Côte d’Azur, sa meilleure chance à dix mois de la présidentielle.

Après la fermeture des derniers bureaux de vote à 20h00, la participation des quelque 48 millions d’électeurs appelés aux urnes dimanche s’établit à environ 33% en France métropolitaine, au même niveau qu’au premier tour, et bien en dessous des 55,57% de 2015.

Marquant une envolée vertigineuse par rapport à 2015, l’abstention atteint quelque 66% (66,7% au premier tour, 41,59% au second tour de 2015), malgré les appels au vote répétés de la classe politique entre les deux tours.

La PACA, région très observée

Si les sondages prédisaient avant le premier tour du 20 juin une victoire du RN en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), le parti de Marine Le Pen et son candidat Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) voient la victoire filer à son frère ennemi Renaud Muselier, président LR sortant.

Renaud Muselier engrange 53% à 55% des suffrages contre 44% à 46% pour Thierry Mariani, selon les sondages à la sortie des bureaux de vote. Dans cette région, la participation a grimpé de quatre points entre les deux tours.

La PACA, région très observée

Si les sondages prédisaient avant le premier tour du 20 juin une victoire du RN en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), le parti de Marine Le Pen et son candidat Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) voient la victoire filer à son frère ennemi Renaud Muselier, président LR sortant.

Renaud Muselier engrange 53% à 55% des suffrages contre 44% à 46% pour Thierry Mariani, selon les sondages à la sortie des bureaux de vote.

Les sortants réélus

La prime aux présidents de région sortants, tous réélus, profite à plein à la droite classique, qui semblait pourtant prise en étau entre le RN et LREM.

Dans les Hauts-de-France, l’ex-LR Xavier Bertrand, par ailleurs candidat à la présidentielle de 2022, annoncé à plus de 51%, devance de quelque 25 points son adversaire du RN Sébastien Chenu, aux alentours de 26%. Immédiatement après 20h00, le sortant s’est dit prêt à aller à « la rencontre de tous les Français ».

En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez écrase le match, à plus de 54% face à la liste d’union de la gauche emmenée par Fabienne Grebert, donnée à 32-33%, tandis qu’en Normandie Hervé Morin (LR/UDI/MoDem) l’emporte à quelque 44% contre 25% à Mélanie Boulanger (PS/EELV/Générations).

World Opinions News – agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Un dernier débat sans étincelles avant le vote de dimanche en Allemagne

Après seize ans à la tête de l'Allemagne, la chancelière Angela Merkel s'apprête à quitter son poste. Mais qui va la remplacer dans un pays qui a profondément changé?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 2 =