En Allemagne et en France, le prix du gazole atteint un record

En Allemagne le prix du gazole à la pompe a atteint un niveau record. Même constat en France où les principaux carburants routiers ont poursuivi leur hausse et encore augmenté de 2 centimes la semaine dernière, le gazole atteignant de nouveaux records.

En Allemagne, dimanche, un litre de gazole coûtait en moyenne 1,555 euro (1,70 francs), soit un centime de plus que lors du précédent record du 26 août 2012, tandis que l’essence sans plomb, à 1,667 euro (1,80 francs) en moyenne, s’approchait aussi de son plus haut (1,709 euro le 13 septembre 2012), a indiqué lundi l’association automobile ADAC à l’AFP.

« Le ministre a clairement exprimé qu’il observait les prix des carburants avec inquiétude », a indiqué une porte-parole du ministère des Transports lors d’une conférence de presse.  Des mesures pour « réagir rapidement » si les prix continuent d’augmenter, notamment au-delà de 2 euros, doivent être prévues, a-t-elle ajouté.

La tension sur les prix de l’énergie contribue largement à la poussée d’inflation en Allemagne, qui s’est établie à 4,1% sur un an en septembre, au plus haut depuis 1993.

Le gouvernement allemand va d’ailleurs baisser au 1er janvier une taxe sur la consommation d’électricité, afin d’alléger la facture des ménages, a indiqué vendredi le ministre de l’Economie. La redevance sur les énergies renouvelables (EEG) va ainsi baisser de près de moitié à son niveau « le plus bas depuis dix ans », selon le ministre.

Plus deux centimes en une semaine dans l’Hexagone

En France, les prix des carburants atteignent également des niveaux jamais vu depuis 10 ans et même un record historique pour le gazole. Le litre de gazole valait en moyenne 1,5583 euro, contre 1,5354 euro la semaine précédente, atteignant de nouveaux sommets historiques, alors que le gouvernement réfléchit au moyen d’atténuer la flambée des prix à la pompe.

L’essence SP 95 a pour sa part atteint 1,6567 euro le litre en moyenne, selon ce pointage hebdomadaire au vendredi 15 octobre. Elle a également progressé d’un peu plus de 2 centimes sur la semaine précédente, au plus haut depuis près de 10 ans, sans toutefois battre le record de 2012 (1,6664 euro). Le SP 95-E10 a également progressé dans les mêmes proportions à 1,6287 euro, à son plus haut historique.

Pour faire face à la flambée des prix du carburant, le gouvernement a annoncé à plusieurs reprises qu’il réfléchissait à la mise en place d’un dispositif. « Il y aura une action de court terme », a affirmé vendredi le président Emmanuel Macron.

Les ministres de l’Economie Bruno Le Maire et de la Transition écologique Barbara Pompili ont dit lundi préférer un dispositif de type chèque carburant à une baisse de taxes. Mais « il reste du travail à faire », a affirmé Bruno Le Maire.

« On essaie encore de trouver le moyen de toucher les bonnes personnes », mais « on n’a pas aujourd’hui, comme pour le chèque énergie, une base de données de toutes les personnes qui pourraient en avoir besoin », a expliqué Barbara Pompili.

Reprise économique post-pandémie en cause

En cause: la reprise économique après la pandémie de Covid-19, qui fait flamber les prix, notamment de l’énergie, et les cours du pétrole.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI), variété standard aux Etats-Unis, a grimpé vendredi à son point le plus élevé en sept ans tandis que le Brent, qui était passé sous la barre des 20 dollars (18,50 francs) en avril 2020 en pleine crise sanitaire, s’est hissé à 85 euros (80 francs), du jamais vu depuis 2018.

Pour le gazole, le prix est également tiré par la demande en fioul, typique pour le début de la saison froide. S’y ajoute, en Allemagne, une taxe sur les émissions de CO2 qui rajoute entre 6 et 8 centimes au prix par litre, précise la télévision publique ZDF.

World Opinions Eco / agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Nissan annonce son grand plan électrique à 15 milliards d’euros

Il aura fallu trois ans, presque jour pour jour, après le déclenchement de l’affaire Ghosn, en novembre 2018. Trois ans après le plus grand scandale de l’histoire de Nissan, qui lui aura coûté des dizaines de milliards d’euros et des années de retard dans sa marche en avant, pour que le constructeur japonais allié de Renault retrouve une perspective.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =