Comment les ouvriers vietnamiens ont sauvé la production d’Apple et de Samsung?

Le Covid-19 a fortement perturbé l’activité des sous-traitants électroniques implantés au Vietnam. Grâce à l’installation de campements au sein même des complexes industriels, les ouvriers vietnamiens ont maintenu le rythme de production au prix de leur santé, raconte Rest of World.

Le Vietnam est la plus grande base de production de Samsung dans le monde, note Rest of WorldDepuis les années 2010, la fabrication de pièces de téléphones portables et de tablettes a bondi dans le nord du pays, nécessitant la construction de dortoirs ou de logements exigus pour des “dizaines de milliers d’employés” dans les rizières autour des usines. Aux côtés du logo bleu et blanc de la marque sud-coréenne, ceux des sociétés Canon ou Foxconn, le principal fournisseur d’Apple, pavoisent les routes vietnamiennes.

La situation sanitaire liée au Covid-19 dans le pays faisait craindre un ralentissement de l’activité au printemps dernier. Une situation impensable pour les gestionnaires de la production. Face à la menace, raconte Rest of World, les usines sont restées ouvertes par tous les moyens :

Séquestrer les travailleurs, les soumettre à des contrôles stricts du virus, ne pas lésiner sur les dépenses pour le logement, augmenter les salaires et même, dans certains cas, assurer aux ouvriers un accès précoce aux vaccins.”

Pour garantir la livraison des commandes prévues pour Noël à destination de l’Occident, le gouvernement vietnamien, soucieux de montrer la capacité du pays à faire face, a posé un ultimatum aux constructeurs les forçant à isoler les travailleurs du reste de la population.

World Opinions Eco – courrierinternational.com

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Covid-19 : ce qu’on sait et ce qu’on ignore sur le nouveau variant Omicron (B.1.1.529)

Après le variant Alpha (ex-variant B.1.1.7 dit britannique), le variant Beta (ex-variant B.1.351 dit sud-africain), le variant Gamma (ex-variant P.1 dit brésilien), le variant Delta (B.1.617.2 dit indien), c’est donc au tour d’un autre variant du SARS-CoV-2, dénommé Omicron (ou variant B.1.1.529), de faire les gros titres de la presse internationale et d’occuper le devant de la scène sur les chaînes d’info en continu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 + 22 =