Cinéma. « A Good Man », comment tomber enceint en gardant sa masculinité

Le dernier film de la réalisatrice française Marie-Castille Mention-Schaar parle des problématiques trans en racontant l’histoire d’un couple dont l’homme décide de porter l’enfant. Un sujet et un casting controversés. « A Good Man » est à voir actuellement au cinéma.

Après la radicalisation islamiste dans « Le ciel attendra », la transmission de l’histoire dans « Les héritiers » et les mères dans « La fête des mères », la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar s’intéresse à un nouveau sujet de société: l’identité transgenre.

Inspiré d’un fait divers, « A Good Man » raconte l’histoire d’Aude (incarnée par la chanteuse Soko) et de Benjamin (Noémie Merlant). Ils veulent un enfant, mais Aude est stérile. Benjamin, homme trans, décide alors de porter le bébé. Le spectateur suit le couple dans toutes les étapes de cette procréation compliquée, ses barrières sociales et ses lacunes législatives.

Le film montre donc comment une situation banale – un couple qui souhaite un enfant – se transforme en une course d’obstacles, sur fond d’égalité des droits et d’acceptation des différentes identités de genre.

Un film pour déconstruire les a priori

Marie-Castille Mention-Schaar a dédié « A Good Man » à ses enfants: « Faire un enfant, c’est quelque chose de simple pour la plupart des gens, explique-t-elle à la RTS. Mais pour beaucoup de personnes, c’est un combat qui dure des années. Je sais ce que c’est de vouloir un enfant lorsque les circonstances ne sont pas si simples, et qu’il faut faire des sacrifices. J’espère qu’avec ce film, mes enfants me connaîtront mieux. »

La cinéaste espère que des personnes réfractaires au sujet de la transidentité iront voir le film. « Pour beaucoup de gens, cela reste dans le domaine du fantasme. Avec ses émotions et ses ressentis, le film déconstruit leurs a priori. Même si les spectateurs ne se sentent pas concernés par les problématiques trans, ils se retrouvent dans le désir de devenir parents des personnages, l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. »

Pourquoi le titre du film, « A Good Man » est-il en anglais? « Je n’ai pas trouvé d’équivalent en français! ‘A Good Man’, c’est à la fois ‘un homme bien’ et ‘un homme bon’ en français. On perd ce côté à la fois simple et fort de l’anglais. J’aurais préféré avoir un titre en français, parce qu’on me pose à chaque fois la question lors d’interviews! »

>> À voir, la bande-annonce de « A Good Man »:

Un casting qui fait polémique

Dès l’annonce du film, le choix de l’actrice Noémie Merlant, femme cisgenre, pour interpréter le rôle de Benjamin est reproché à la réalisatrice. En réponse à ce choix et pour prouver que les acteurs et actrices trans sont nombreux en France, le hashtag #ActoraTrans a fait son apparition sur Twitter en juin 2020.

Marie-Castille Mention-Schaar s’est justifiée dans l’émission « On est en direct » de Laurent Ruquier sur France 2, le samedi 16 octobre 2021: « En choisissant Noémie Merlant, j’ai d’abord choisi une interprète. Il y a aussi un acteur trans dans le film, dans un rôle secondaire d’homme cis. Je soutiens la diversité, c’est ma responsabilité en tant que créatrice. Mais pour que des acteurs trans accèdent à des rôles importants comme celui de Benjamin, il faut qu’ils aient de l’expérience. Malheureusement, le vécu et l’expérience sont deux choses différentes. »

Une réponse qui peine à convaincre certains critiques, qui reprochent notamment à la performance de Noémie Merlant de sonner faux lorsqu’il s’agit d’interpréter les difficultés auxquelles le personnage de Benjamin fait face.

Propos recueillis par Rafael Wolf / RTS Culture

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

France – Débat. Fellation forcée et baisers volés, des femmes témoignent contre Nicolas Hulot

Trois femmes ont témoigné contre le militant écologiste Nicolas Hulot pour des agressions qui auraient eu lieu entre 1989 et 2001, donc prescrites, dans un reportage diffusé jeudi. Elles évoquent des caresses, des baisers volés et des tentatives de fellation forcée. Nicolas Hulot nie formellement. Vendredi, une enquête préliminaire pour viol et agression sexuelle a été ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 23 =